C’est au Salon Première Classe que la Tribu des Oiseaux a pris l’envol de ses dix ans. A l’origine, deux oisillons qui font leur nid sur le plateau de Croix Rousse à Lyon. Florence Guyot et Emmanuelle Gaide. Depuis, leurs plumes sont déployées sur la planète entière et ont chapeauté quelques 40.000 têtes. Leurs mots d’ordre : utile et futile. Futile comme une esthétique parfaite, une silhouette élégante et un parfum d’années 20, âge d’or du chapeau. Utile, comme une gamme déclinée selon la météo. Utile comme un chapeau pliable dans la poche. Parce que les créatrices savent être des artistes pragmatiques. « 30% de la chaleur du corps s’échappe par la tête ». Et dans ce vol parfaitement équilibré, la Tribu des Oiseaux atteint son zénith en 2009, déployant ses ailes sur la toile, ajoutant une boutique à son atelier et n’oubliant pas, été comme hiver, d’émigrer sur trois des cinq continents. Un chant d’oiseau comme une vraie symphonie.

    Partager
    • Print
    • Facebook
    • Google Bookmarks
    • Live
    • Twitter

    Laisser une réponse